Un week-end de cinéma (I)

J’allais récemment à Paris à l’occasion de la 22ème édition du Festival des cinémas différents et expérimentaux de Paris, organisé par le Collectif Jeune Cinéma.

L’organisateur du festival, Théo Deliyannis, nous avait prévenu de longue date : la prochaine édition porterait sur le langage, sur ses formes atypiques, anormales ou non normées — ces cacolectes — et il souhaitait nous y voir (nous : membres de l’Université buissonnière), ou plutôt nous y entendre. Nous étions donc au rendez-vous, Cécile Canut, Félix Danos, Manon Him-Aquilli, et moi-même, c’est-à-dire à Saint-Ouen, au bord des puces, dans un immense espace, Mains d’oeuvres, investi de toute part d’événements artistiques et culturels, au milieu desquels était donc prévue notre intervention, sorte de parcours délocalisé dans le magnifique programme du Festival des cinémas différents et expérimentaux de Paris.

Une fois arrivé dans cet espace inconnu et quelque peu labyrinthique, nous grimpons quelques escaliers pour découvrir le lieu de notre atelier, un vieux cinéma des années 60′, rebaptisé Star Trek pour son style (anciennement) futuriste, et réouvert ponctuellement dans le cadre d’événements comme le nôtre. Après quelques réglages techniques, et le temps que le public s’installe — une bonne vingtaine de personnes —, nous débutons l’atelier.

Pour l’occasion, nous avions sélectionné cinq courts-métrages dont il nous semblait qu’ils évoquaient la question du langage de manière privilégiée :

La succession de ces courts nous a permis de montrer notre “objet” à un public non initié. Les deux premiers mettaient l’accent sur la matérialité du langage (l’accoustique, la voix, la graphie) tandis que les films de Mréjen, déjà, nous projetait dans les pratiques socialisées du langage, et nous semblait mettre en scène, par des séries de décalages ou d’élisions, toute la complexité de la constitution du sens dans un contexte donné : l’intonation, le regard et les gestes, les silences et les éléments pragmatiques/conversationnels. Quelques échanges — parfois vifs ou passionnés — nous permirent d’affiner, de revenir sur des raccourcis, d’échanger, et finalement de réfléchir. Enfin, le dernier film, Mademoiselle!, nous emmenait directement, viscéralement, violemment, dans un rapport au cinéma où le langage n’est plus décrit, joué ou montré comme un élément de socialisation, mais où, plutôt, il agit —sur nous, en nous, corporellement. Où, aussi, il n’est plus si facilement identifiable, tant il s’identifie au bruit, au grognement pulsionnel. Ce fut une manière de conclure, peut-être, sur les limites de notre objet — tant qu’il est pensé comme objet. Ce fut aussi une manière, je crois, de rejoindre et d’illustrer cette belle thématique du festival : le langage dans ses usages atypiques.

Màj 23/11/2010 : La séance est désormais accessible en audio sur le site de l’Université Buissonière !



Citer ce billet
Richard Guedj (2020, 19 octobre). Un week-end de cinéma (I). Sur le pont suspendu. Consulté le 22 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/umlb

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search