Un week-end de cinéma (II)

Ce week-end fut l’occasion de doubler la mise, puisque la première partie du film de Jean-Pierre Ledo, Israël, le voyage interdit, se jouait dans quelques rares salles parisiennes…

Ma première (bonne) surprise fut de trouver une salle comble — certes, avec une jauge limitée à un siège sur deux. Mais tout de même, un lundi après-midi… J’arrive pile à l’heure. Aux 7 Parnassiens, l’entrée en matière fut immédiate et sans réclames : nous sommes projetés dans l’aéroport Ben Gourion — celui-là même dont une photo orne le présent carnet, tout en haut. Il y a, dans cet endroit, pour qui s’y est rendu au moins une fois, quelque chose de familier, dans ce que le familier peut avoir d’agréable et de détestable. C’est le récit de Naouel, la fille du réalisateur, qui ouvre le bal, et c’est un récit politique qui rappelle la difficulté, l’humiliation systématique pour quiconque porte un prénom musulman : le poste-frontière, les douanes, les interrogatoires. Quand on a vu — sans détourner le regard — ou subit de telles pratiques, et quand on voit la surprise et les nuances du réalisateur bienveillant vis-à-vis d’elles, on sait au moins que la mise en scène ne sera pas le parti pris. Le récit ne prend pas le chemin miné de la construction narrative, mais choisit plutôt celui, inconnu, du roman à choix multiple. De quoi ménager une place à l’étonnement.

https://www.youtube.com/watch?v=JzF-aERAK3A

Je ne reviendrai pas sur toute la trame scénaristique de ce film de 2h30. On y trouve une série de récits, d’entretiens, qui pour une bonne part raconte, avec les mots et les regards d’aujourd’hui, le traumatisme vécu pour la population juive algérienne en 1961-1962. Et le départ, pour quelques-uns, vers Israël. On y trouve quelques personnalités, comme le magnifique Maurice El Medioni, figure du chaâbi algérien, ou comme l’expert, Denis Charbit, qui nous gratifie d’un chant de Kippour dans son salon.

Mais les passages les plus précieux, à mon sens, sont ceux qui motivent à la fois le voyage de Jean-Pierre Lledo, et, on aime à le croire, son désir d’en faire un film : la découverte de sa famille israélienne. La grande-tante, son espièglerie, elle aussi si familière. La cousine, pudique et fière, mais sincèrement heureuse d’accueillir et surtout de transmettre à sa fille ces autres histoires, atypiques, éloignées du récit national d’un Retourgénéralisé en Israël. Jean-Pierre Lledo, juif, communiste, resté algérien jusqu’en 1993, et finalement l’objet de ce film : pourquoi est-il resté ? La question du langage est vite posée : des mots-idées — sionisme, colonialisme — l’ont empêché d’envisager Israël.

Malgré quelques longueurs, comme les passages sur la mosquée Marwani / écuries de Salomon, ce premier volet d’une série de quatre films (Kippour, Hanouka, Pourim, Pessah) me semble important, à tout point de vue.

Plus d’infos sur le film sur la page de Nour Films.

PS : Il y a aussi cette bande son, Chants juifs pour violoncelle et piano de Sonia Wieder-Atherton, qu’on entend dans le résumé, et qui nous rappelle tant de souvenirs…



Citer ce billet
Richard Guedj (2020, 20 octobre). Un week-end de cinéma (II). Sur le pont suspendu. Consulté le 22 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/umlc

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search