Inclure l’écriture

Je reprends ici un article initialement publié sur le site du séminaire Critiques sociales du langage, où je proposais d’inclure l’écriture en “carnet” dans nos modes de réflexion et de diffusion. Comme cette note engage une tentative personnelle de penser un sujet polémique, j’ai finalement préféré la publier ici.

Inclure l’écriture, cela me ramène au sujet que j’ai choisi d’aborder dans cette première note, puisqu’il y est essentiellement question d’écriture, quoiqu’on tende à l’oublier. Le 18 septembre dernier, paraissait dans Marianne une tribune rédigée par Yana Grinshpun, Franck Neveu, François Rastier et Jean Szlamowicz, intitulée Une “écriture excluante” qui “s’impose par la propagande” : 32 linguistes listent les défauts de l’écriture inclusive. La tribune a suscité le débat sur la liste mail du RFS (Réseau Francophone de Sociolinguistique) et a révélé, à son égard, des positions variées. Preuve, s’il en était besoin, que les sciences du langage ne sont pas affaire de consensus, mais bien d’autre chose.

Cette brève réflexion n’a pas pour objet l’écriture inclusive en tant que telle. Ni ses tenants techniques, ni sa praticabilité. Quoiqu’elle tente de la situer, comme pratique d’abord et dans une moindre mesure comme technique. Pour en montrer les aboutissants, mais aussi les visées de ceux et celles qui la combattent. Pour maintes raisons1 , je limite mon propos à ces considérations. Sans entrer dans le détail de l’argumentation de la tribune, dont les paradoxes et les approximations ont été rappelés par d’autres collègues, je soulèverai d’abord l’impensé que représente la graphie, avant d’évoquer la dimension énonciative de l’écriture et ce qu’elle nous dit du rapport langage/société. Enfin je conclurai sur ce que de telles propositions impliquent pour une politique et pour une poétique de la graphie.

1/ L’impensé de la graphie

L’écriture inclusive désigne une pratique graphique, qui dans un sens saussurien restreint — celui du CLG — n’a (plus) rien à voir avec ce que Saussure entendait désigner par la langue. Pour Saussure, les désaccords entre la graphie et la prononciation s’accroissent depuis toujours, et voilà bien longtemps qu’à un phonème de la langue ne correspond plus un signe graphique. Saussure y voit une atteinte aux lois naturelles de la langue, puisque « à force de s’imposer à la masse, [la tyrannie de la lettre] influe sur la langue et la modifie » (p.53). Il relève un certain nombre « d’inconséquences » graphiques (p.52) —  « hareng », « sept », « vingt, véritable monstruosité orthographique » — qu’il juge « malheureuses », d’autant que « moins l’écriture représente ce qu’elle doit représenter, plus se renforce la tendance à la prendre pour base ;  les grammairiens s’acharnent à attirer l’attention sur la forme écrite » (p.52). De ces faits, Saussure conclut que « la linguistique doit les mettre en observation dans un compartiment spécial : ce sont des cas tératologiques » (p.54), c’est-à-dire « atteint[s] d’une anomalie monstrueuse » (CNRTL).

Quelle conclusion en tirer ? Son lexique dépréciatif n’insinue à aucun moment qu’il faille « intervenir » dans les pratiques graphiques. Pour Pierre-Yves Testenoire, son propos est davantage à resituer dans la perspective heuristique du Cours :

L’analyse de la représentation faussée de l’écriture contenue dans le CLG rentre ainsi dans l’inventaire, dressé devant les étudiants, des erreurs commises par la linguistique historique du XIXe siècle. L’examen de cet intermédiaire fallacieux vaut avertissement pour ne pas perpétuer la confusion de la lettre et du son imputée aux premiers comparatistes. En cela, la critique saussurienne de l’écriture a une visée méthodologique. La dénonciation du medium trompeur de l’écriture est une invitation à lui substituer un système de représentation fiable.

Pierre-Yves Testenoire. L’origine de l’écriture, un enjeu de la linguistique saussurienne, 2012.

Autrement dit, pour Saussure, la focalisation sur la graphie empêche de voir les lois qui régissent le fonctionnement du « système de la langue », d’abord parce qu’elle s’éloigne d’une graphie strictement phonologique, ensuite parce qu’il peut arriver qu’elle « influe sur la langue et la modifie ». Ce n’est qu’à ce titre, c’est-à-dire dans le souci de fonder une science qui étudie strictement le système de la langue en synchronie, que Saussure déprécie la graphie. Notons qu’il la réhabilite par ailleurs dans ses réflexions sémiologiques, comme le détaille Pierre-Yves Testenoire2 .

Or, tous les arguments de la tribune traitent cette pratique graphique, l’écriture inclusive, comme si elle avait directement lieu dans le système de la langue — ce qu’on trouve chez d’autres détracteurs de l’écriture inclusive, comme chez Patrick Charaudeau qui nous fait grâce d’avoir « toujours été pour l’égalité sociale entre les femmes et les hommes » mais qui se demande tout de même s’il faut « pour autant tordre la langue »3 . C’est un contre-sens historique significatif, puisqu’il n’est aujourd’hui plus question d’amalgamer graphie et phonologie : je peux très bien écrire « travailleu.r.se.s », le linguiste traditionnel n’aura qu’à s’enquérir de sa réalisation orale. Il me semble que dans la plupart des cas, ce mot-graphie serait lu sans encombres /tʁavajœʁzetʁavajøz/ et donc rattaché nécessairement à une réalité de la langue. Mais dans le cas contraire, celui où une hypothétique forme nouvelle serait attestée — /tʁavajœʁz/ ? —, il n’y aurait qu’à la décrire dans ses usages pour l’établir en langue. L’un ou l’autre cas répondrait soit au critère de mutabilité, soit au critère d’immutabilité de la langue. Rien de nouveau sous le soleil, le linguiste qui ne parviendrait pas à reconstruire la « racine » pourrait par ailleurs tout aussi bien changer de métier.

J’ai feint d’adopter l’habit du linguiste traditionnel, sous couvert duquel les auteur.rice.s de la tribune interviennent dans le débat public. Mais ce dont il est question, c’est bien plutôt des conditions qui font que la « tyrannie de la lettre […] influe sur la langue et la modifie ». Soit comment une pratique sociale influe sur les pratiques langagières, et inversement : Benveniste après Saussure, pour le continuer. Il s’agissait de montrer que l’activité du linguiste n’est pas en péril, et que son fondement — la description de la langue en synchronie — reste bien établi. Si menace il y a, elle vient plutôt du côté des sciences cognitives, qui désinstitutionnalisent la langue et la dépolitisent en la biologisant… Mais ceux qui « courent après le français courant »4  peuvent continuer à le faire ; les créations lexicales, graphiques, syntaxiques ou phonologiques ne manquent pas. Ce qui, aux dernières nouvelles, ne nous empêche pas de parler.

2/ Nulle part ailleurs, le social est dans le langage et inversement

Que certaines pratiques d’écriture se transforment en usages et nourrissent la langue, il n’y a donc là rien de nouveau : ne dit-on pas « J’ai dit ce que j’avais à dire, point final » ? On pourrait également évoquer les caractères ou expressions informatiques (@, « je lol ») ou les acronymes. Aussi, un « ielle » /iɛl/ ou un « celleux » /sɛlø/ viendront peut-être un jour rejoindre la liste des néologismes. La belle affaire. Mais ce à quoi nous sommes indéfiniment ramenés, comme chaque fois qu’il est question de langage, c’est à l’énonciation mise en jeu et en pratique, historiquement, non seulement chaque fois qu’il y a du parlé, mais chaque fois qu’un texte écrit devient lecture parlée. C’est-à-dire tout le temps, puisque même une lecture silencieuse oralise et rythme un texte. Les guillemets, l’organisation d’un texte dans l’espace, la graisse et les polices de caractère, les blancs typographiques sont autant de pratiques à la fois sociales et langagières qui font la singularité de l’acte d’énonciation, son historicité.

En ce sens, la pratique de l’écriture inclusive nous rattache à l’énonciation : elle déplace la question du sens vers le faire, d’une sémantique à une pragmatique du langage. Il semble justement que ce soit d’abord « les effets » de l’écriture inclusive, plus que sa dimension sémantique, qui posent problème aux auteur.ice.s de la tribune. Les défauts suivants lui sont reprochés :

  • Des « défauts fonctionnels » qui laissent transparaître une vision mécaniste du langage, réduit ici à « la langue » dont les « fonctionnements propres […] ne dépendent pas de revendications identitaires individuelles ». Traditionnelle ambivalence du « fonctionnement », qui cache ici la notion d’efficacité et réduit le langage à ses conditions de réussite, là où le fonctionnement désignait d’abord chez Jakobson la fonction, c’est-à-dire le rôle, et nous ramenait au discours. Or, ce qui importe, c’est de montrer justement comment — et non pas si — fonctionne le langage, y compris dans son lien avec d’éventuelles « revendications ». Quelle langue, au juste, ne fonctionne pas ?
  • Des « difficultés d’apprentissage » causées par l’imposition de « pratiques relevant d’un militantisme ostentatoire sans autre effet social que de produire des clivages inédits ». Pratiques qui nécessiterait une « maîtrise » forcément réservée à « une caste de spécialistes », impliquant une « complexification de l’orthographe » dont « les effets d’exclusion sociale » seraient inévitables. Etonnant retournement de la règle contre elle-même, où son propre fantasme, sa propre orthodoxie, est transposé à ce — et celleux — qui lui résiste(nt). Or, il n’est pas question d’une orthographe inclusive, mais d’une écriture. Il n’est pas question d’ajouter aux règles (ortho)graphiques, mais de donner la possibilité de s’en affranchir. Pour s’affranchir, justement, de « l’exclusion sociale ».
  • Etant entendu que « la langue est à tout le monde » et qu’elle « n’est pas une liste de mots dénués de contexte et d’intentions, renvoyant à des essences », en quoi ne pourrait-elle pas contester la règle, faire montre d’intentions plurielles, voire conflictuelles ? Mais il est aussitôt dit que « le décalage graphie / phonie » doit reposer « sur des conventions d’écriture », où l’écriture se dévoile et se réduit comme orthographe, dans sa fonction de maintien de l’ordre5 . Ordre langagier calqué sur un ordre politique, où théorie et politique du langage se rejoignent, de peur que « les francophones soudain privés de règles » se retrouvent « livrés à un arbitraire moral ». Dissolution classique, et souhaitée, de la morale dans le droit, soit ici dans la norme orthographique. C’est par le biais du maintien d’une morale et d’un droit qu’on pourra, notamment, faciliter le traitement du langage par « les programmes de synthèse vocale ». Où la pratique est priée de se plier aux intérêts du progrès technique ; où les fins réelles se montrent dans les plis de l’allusion6 .

En guise de conclusion, les auteur.ice.s concèdent que « l’usage est certes roi », mais se demandent ce « que signifie un usage militant qui déconstruit les savoirs, complexifie les pratiques, s’affranchit des faits scientifiques, s’impose par la propagande et exclut les locuteurs en difficulté au nom de l’idéologie ». Comme la conclusion est énoncée dans une forme interrogative, je m’autorise une réponse. Ici, la confusion entre usage et pratique trahit la confusion entre langue et discours. Les usages servent à renseigner le linguiste dans le geste d’abstraction qui consiste à décrire une langue. Les pratiques font entrer le contexte dans le discours et le langage dans le social. Les premiers peuvent s’inscrire dans des degrés de complexité/simplicité, comme ils peuvent s’affranchir « des faits scientifiques », mais seule la pratique peut-être militante, déconstructrice ou créatrice de savoirs et de pouvoirs, s’organiser sous des formes diverses comme celle de la propagande et mettre en oeuvre des procédures d’exclusion du discours. Dans ce méli-mélo qui doit relire Foucault, je résumerai en disant que la pratique est reine.

3/ Mon point de suspension

Je pensais conclure sur l’un des points de la tribune, relevé également par l’une des intervenantes dans les échanges d’emails, qui me semblait éventuellement soutenable : la difficulté supposée que représente l’écriture inclusive pour les apprenant.e.s du français, petit.e.s ou grand.e.s. Il me semble qu’un tel argument engage une réflexion plus générale sur la didactique du français, réflexion que je laisse en suspens7 .

Parce qu’elles portent et sont portées par des représentations du langage, les pratiques langagières et graphiques disent un rapport à la norme, et montrent le rapport dialectique entre langage et société, où se jouent des rapports de force, des rapports de domination. C’est là, dans ces rapports, que se situe l’objet d’une sociolinguistique politique, et peut-être ses limites, puisque c’est encore là que s’affirme la posture scientifique, dernier obstacle à une poétique du langage.

Dans la perspective d’une poétique du langage à la fois éthique et politique, l’écriture inclusive n’est pas à défendre en tant que telle. Pour une part, elle a déjà été récupérée par une politique du signe, dans des contextes où elle s’impose non plus comme pratique mais comme nouvelle norme : elle est vendue dans un pack de formation ici par exemple. Or, une poétique du langage qui passe par la graphie fait du discours tout entier un pied de nez contre le signe et la norme, comme dans ce Coup de dé de Mallarmé ou les espaces typographiques, les circonflexes et autres graphies imposent leur propre valeur. C’est toujours le discours, l’énonciation, qui déterminent la valeur d’une pratique de l’écriture inclusive, et c’est dans le continu d’un discours et d’un sujet qu’elle prendra valeur de lutte, d’émancipation et de résistance au patriarcat, comme , où politique et poétique se confondent 8 . Et ce continu ne sépare pas les formes dites inclusives de toute l’écriture du discours. Autrement dit, il faudra toujours un discours inclusif — d’un sujet, d’une écriture — pour que l’écriture se fasse inclusive.



Citer ce billet
Richard Guedj (2020, 3 octobre). Inclure l’écriture. Sur le pont suspendu. Consulté le 22 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/uml9

  1. Essentiellement parce que je connais trop peu la littérature sur l’écriture inclusive, et qu’en tant qu’elle est (en partie) un pratique de lutte, elle m’intéresse surtout pour sa fonction et ses effets dans les rapports socio-langagiers. []
  2. Testenoire, P.-Y. (2012). « L’origine de l’écriture, un enjeu de la linguistique saussurienne ? », 3e Congrès Mondial de Linguistique Française, Lyon, EDP sciences, p. 803-816. > accessible ici []
  3. Charaudeau, P. (2018). L’écriture inclusive au défi de la neutralisation en français. Le Débat, 199(2), 13-31.  > accessible ici []
  4. Meschonnic, H. (2005). Embibler la voix. Le français aujourd’hui, 150(3), 29-32. []
  5. Meschonnic, H. (2002), Hugo, la poésie contre le maintien de l’ordre, Paris, Maisonneuve et Larose, 2002. []
  6. Sur le sujet de l’ordre et et des fins réelles, je renvoie à Pour une critique de la violence, de Walter Benjamin []
  7. … mais dont il est question dans l’ouvrage de Serge Martin, Poétique de la voix en littérature de jeunesse. Le racontage de la maternelle à l’université, L’Harmattan, 2015 []
  8. Je remercie Daniel Elmiger qui nous a fait connaître cet article dans les échanges de mail []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search